IMGP3754

 

En août et septembre, c’est le moment de curer le fond des lagunes de traitement des eaux usées. Avant l’arrivée de l’hiver, les boues extraites sont en effet valorisées en agriculture par épandage sur les champs céréaliers des environs. Pour ce faire, la Rese utilise un matériel innovant : un radeau flottant téléguidé depuis la berge.


Extraire les boues en douceur
En 2017, la Rese a acheté un radeau de curage et formé son personnel pour assurer directement les travaux d’aspiration des boues qui se déposent au fond des lagunes de traitement des eaux usées. Objectifs : économiser sur les coûts de sous-traitance et augmenter le taux d’extraction sans endommager le fond du bassin.
Ce radeau a été fabriqué par une entreprise spécialisée selon les spécificités propres aux lagunes présentes en Charente-Maritime. Le principal avantage de ce matériel est qu’il évite d’avoir à vider l’eau du bassin pour atteindre les boues. Les boues sont aspirées depuis la surface et poussées dans des tuyaux jusqu’au conteneur de stockage sur la berge. Du conteneur, elles passent ensuite dans une citerne tirée par un tracteur qui les déverse sur les champs selon le plan d’épandage arrêté en préfecture.


Une trentaine de lagunes en Charente-Maritime
Le lagunage naturel est un système extensif d’épuration biologique particulièrement bien adapté aux communes rurales. La Rese exploite une trentaine de ces lagunes en Charente-Maritime. Elle cure 3 à 4 lagunes par an. Une lagune a en effet besoin d’être nettoyée tous les 10 ans environ. Cette année, c’est le tour des lagunes du Gua, de Mirambeau et de Saint-Laurent-de-la-Prée de profiter du radeau.